Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 1869 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Avis :
« A. Antoine Lemire, ci-devant de la paroisse Ste-Monique, mais actuellement absent de cette province.
Avis vous est donné par les présentes que la créance que Charles Rousseau et Zéphirin Gauthier possédaient contre vous en vertu d’un acte de transport à eux consenti par Paul Lesieur, suivant acte passé devant Chs. M. Defoy, écuyer, notaire, le 21 janvier 1868, et à vous dûment signifié par L.M. Blondin, N.P., le 26 juillet 1871, a été vendue et transportée à Joseph Raiche, boulanger, de la paroisse de Bécancour, en vertu d’un acte notarié fait et passé en la cité des Trois-Rivières devant L.N.D. d’Argy, notaire, le 22 mars 1872. Première publication, le 28 mars 1872. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (28 mars 1872): 3, col. 4.
2 No d'identification : 8788 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« A l’enseigne de la “Feuille d’Érable”. Magasin nouveau. Magasin à bon marché.

Messieurs Trepanier et Lacerte, ayant ouvert un magasin de marchandises sèches dans celui ci-devant occupé par Monsieur Charles Rousseau. En face du “block Balcer”, rue Notre-Dame, désirent attirer l’attention du public de la ville et de la campagne sur leur assortiment considérable, consistant en étoffes de fantaisie et de goût, ainsi que: cobourgs, flanelles unies, shirting, mérinos, dos à chemises, indiennes, lustres, étoffes à robes, coton jaune.

Messieurs Trepanier et Lacerte, ayant fait leurs achats dans les meilleures maisons de Montréal, et aux plus bas prix du marché, peuvent vendre leurs marchandises à des prix extrêmement réduits et qui défient toute compétition. En faisant une visite à leur magasin le [sic] s’assurera par lui-même du bon marché de leurs [sic].

Trapanier et Lacerte.
Trois-Rivières, 2 octobre 1873. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 janvier 1873): 1, col. 1.
3 No d'identification : 9491 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Ce sarrasin est d’une qualité supérieure, n’échaude pas, est beaucoup plus productif que l’autre à l’écorce très mince et donne une farine de la première qualité.

Aussi : Sarrasin ordinaire.

S’adresser à la ferme de G. A. Gouin, écuyer, président du moulin à vent avec ou chez Chs. Rousseau, épicier, coin des rues Hart et des Forges.

Référence
«Sarrasins de semences ; sarrasin argenté », Le Journal des Trois-Rivières (1 juillet 1880): 3, col. 2.