Acteur (nom propre) :
1 No d'identification : 2855 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« MM. Corriveau et Thompson de la Royal Electric Co. étaient ici lundi et hier. Ils sont allés visiter les Grès et sont convaincus que l’on pourrait sans trop [de] dépenses utiliser le magnifique pouvoir qu’il y a là. On pourrait y prendre la force nécessaire, non seulement pour la lumière électrique, mais aussi pour des manufactures, etc. »

Référence
Le Trifluvien (15 mai 1889): 3, col. 4.
2 No d'identification : 10894 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Un agent de la Royal Electric Co est en cette ville dans le but d’engager la corporation à acheter un appareil électrique suffisant pour l’éclairage de la ville. Le coût d’achat serait, dit-on, de dix à douze mille piastres et les dépenses annuelles pour l’éclairage des rues et des places publiques d’environ 3000$.
Il n’y a pas à nier que notre ville est une des plus mal éclairées de la province et qu’en changeant de système, on ne couvre que le risque d’y gagner notablement.
L’arrangement proposé offre des avantages incontestables au point de vue de l’amélioration de l’éclairage et mérite toujours l’attention du conseil.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (20 décembre 1888): 2, col. 5.
3 No d'identification : 10905 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Du Trifluvien : « L’honorable Sénateur Thibodeau, président de la Royal Electric Co, et M. A.J. Corriveau ont proposé au conseil de ville un vaste projet que nous devons exposer à nos lecteurs.
Ces messieurs ont formé une compagnie à capital considérable qui se propose de fournir à Trois-Rivières l’éclairage électrique des rues et des maisons privées et le pouvoir moteur nécessaire à toutes les manufactures qui pourront s’établir ici et d’utiliser pour cela la chute des Grès. C’est une entreprise considérable qui nécessitera des dépenses et des travaux pour un montant de 125 000$ à 150 000$. On voit que la chose mérite un examen sérieux.
L’on demande en retour à la corporation de s’engager pour quinze ans à payer à cette compagnie la somme de 6000$ par an. En retour, la compagnie éclairera nos rues au moyen de 60 lampes (système arc) de 1200 bougies chacune etc., etc. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 juin 1889): 3, col. 1-2.
4 No d'identification : 10907 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
La Royal Electric Co et M. A.J. Corriveau ont proposé au conseil de ville un vaste projet. Le présent article expose le projet en détail.

Référence
Le Trifluvien (5 juin 1889): 3, col. 1.
5 No d'identification : 10953 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Textuel et intégral :
Le conseil de ville a décidé de demander des soumissions à la « Cie Edison » et à la « Royal Electric » pour l’éclairage de la ville à l’électricité.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (31 mars 1890): 3, col. 1.
6 No d'identification : 10957 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Il paraît que le conseil adopte la lumière électrique. Elle fera l’achat d’un plant, probablement du système Thompson-Houston, de la Royal Électric Co. Nous avons déjà donné notre manière de voir en cette matière, et nous croyons que le conseil ferait mieux d’adopter le projet de M. Corriveau. Si pourtant, le conseil préfère ne pas adopter ce projet, nous croyons qu’il aura raison d’adopter la lumière électrique plutôt que de conserver l’éclairage au gaz. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (23 avril 1890): 3, col. 4.
7 No d'identification : 10969 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« La corporation, paraît-il, a acheté de la compagnie Royal Electric un appareil pour l’éclairage des rues et des maisons de notre cité. Cet appareil coûtera environ 35 000$. »

Référence
«Notes locales», La Paix (23 mai 1890): 3, col. 3.
8 No d'identification : 10974 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« M. Corriveau, représentant la Royal Electric Co. de Montréal, est en cette ville et doit commencer dès demain à faire poser les poteaux et le fil pour la lumière électrique. »

Référence
«Nouvelles locales», La Paix (12 juin 1890): 3, col. 4.
9 No d'identification : 10976 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« M. Corriveau, représentant la Royal Electric Co. de Montréal, est en cette ville et doit commencer dès demain à faire poser les poteaux et le fil pour la lumière électrique. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (14 juin 1890): 3, col. 4.
10 No d'identification : 10988 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« La Royal Electric Co. et la Cie du téléphone sont en difficulté. La Cie du téléphone prétend que la compagnie d’électricité est obligée par la loi de placer ses fils 5 pieds au-dessus de ceux du téléphone. De là la chicane. Quoi qu’il en soit de cette prétention, il est regrettable que nous soyons encore privés de lumière. N’eût été cette chicane, 36 lumières auraient éclairé les principales rues de la ville dès lundi soir. C’est un retard de 5 ou 6 jours. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (23 juillet 1890): 3, col. 3.
11 No d'identification : 11002 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« L’on a commencé à fournir de la lumière électrique aux magasins. Cette lumière est très vive et d’un joli effet. Il est regrettable pourtant [que les] MM. de la compagnie Royale n’aient pas jugé à propos d’éclairer toutes nos rues avant de songer aux magasins. Ils y mettent de la mauvaise volonté. L’ouvrage traîne en longueur. Les citoyens se plaignent. Il est malheureux que l’ancien conseil de ville n’ait pas fixé un délai pour l’installation de la lumière électrique. Du train que vont les choses, le système ne sera pas complété avant le jour de l’An. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (27 août 1890): 3, col. 4.
12 No d'identification : 11003 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Entente conclue entre un citoyen électricien de la ville et la compagnie Royal électricité pour l’installation de lampes électriques dans les maisons.

Référence
«Esprit d’entreprise», La Paix (13 septembre 1890): 3, col. 2.
13 No d'identification : 12897 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le Royal Electric Company a poursuivi la municipalité en recouvrement de 37 000$, coût de ses appareils électriques, engins, poteaux, fils, etc.

Le conseil, fort de son droit et se basant sur la non-exécution du contrat de la compagnie avec lui, plaide à cette action.

Cette poursuite, de même que la manière dont elle a rempli ses obligations, ne sera pas une recommandation pour la compagnie. »

Référence
«Notes locales», Le Trifluvien (20 mai 1891): 3, col. 4.
14 No d'identification : 10991 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Après une entente entre les compagnies de téléphone et de la lumière électrique au sujet de la petite difficulté survenue entre elles pour les passages de leurs fils dans les rues, la compagnie de la lumière électrique a fait jusqu’ici remplacer cinq poteaux déjà placés et qui n’étaient pas d’une longueur suffisante. Tant mieux. De cette dispute a jailli la lumière [...] qui nous donnera peut-être la lumière attendue avec tant de hâte depuis longtemps. »

Référence
La Paix (24 juillet 1890): 3, col. 4.