Acteur (nom propre) : Saint-Maurice Lumber Co.
1 No d'identification : 1799 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Nous apprenons que applications vous seront bientôt faites pour l’obtention de licences pour la vente de la bière et du vin dans notre quartier. [...] La vente de spiritueux à proximité d’une usine comme la nôtre cause de graves ennuis et devient en même temps une perte de temps et d’argent pour les ouvriers. »

La St-Maurice Lumber Co. demande que soit révisée cette demande.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 3 septembre 1920.
2 No d'identification : 7355 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« On demande immédiatement 100 hommes pour travailler à la construction du nouveau moulin de Sulphite. S’adresser à la St-Maurice Lumber Co., Trois-Rivières. »

Référence
«100 hommes 100», Le Bien Public (21 août 1919): 8, col. 4.
3 No d'identification : 11746 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« La semaine dernière, nos échevins se sont enfin réunis durant quelques quarts d’heures et ont adopté certains règlements en faveur de la St-Maurice Lumber. D’abord, il est décidé que la rue des Pins disparaîtra entièrement. Les rues Notre-Dame et des Commissaires seront fermées de la limite des terrains appartenant à la St-Maurice Lumber vers l’est. De plus, la compagnie jouira d’une exemption de taxes foncières et d’eau durant vingt ans à condition qu’elle se munisse d’un système spécial. La St-Maurice Lumber agit pour l’International Paper qui construira sur ses propriétés une pulperie. »

Référence
Le Bien Public (26 juin 1919): 8, col. 1.
4 No d'identification : 13235 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Devant Son Honneur J. M. Désilets, magistrat de district.
19 août 1873.
The St-Maurice Lumber & Laud Company
vs
Onésime Rouleau.

Refus d’entrer au service de son maître au temps convenu.
(33 Vict. Cap.: 20) 10$ et les frais, en tout 24,85$ ou deux mois de prison.

Onésime Francoeur, ivresse et perturbation de la paix, 5,35$ ou un mois de prison. »

Référence
Le Constitutionnel (20 août 1873): 2, col. 1.
5 No d'identification : 14969 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Union Bag & Paper Co.
Wayagamack Pulp and Paper Co.
Canada Iron
Acme Glove Work Ltd
Grès Fall Lumber Co.
Wabasso Cotton
Diamond Whitewear Co. Ltd
Tebbutt Shoe & Leather
J.M. Spénard Ltée
Canadian Siegwart Beam Co. Ltd
Dominion Mfg Co. Ltd
General Chemical Co. Ltd
St-Maurice Lumber Co.
Burrill Lumber Co.
Balcer Glove Mfg Co.
Girand & Godin
Robert Ryan Glove Co.

Référence
La Presse (28 juin 1913).
6 No d'identification : 14984 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Résumé :
Curtis est le propriétaire des anciennes scieries de Hall, Neilson end Co., qui avaient obtenu des avantages fiscaux de la part de la ville. Étant donné que cette compagnie n’a pas respecté les conditions « bonus », la ville ne lui avait rien versé. Argument que les compagnies St-Maurice Lumber, Ross et Ritchie, Charlebois et Richard Smardon avaient toutes eu droit à des traitements avantageux. Curtis demande le maintien des mêmes privilèges accordés aux anciens propriétaires de sa scierie.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, Requête de Curtis, 1 novembre 1895.
7 No d'identification : 15158 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Intégral :
« Nous annoncions la semaine dernière des travaux d’agrandissement auxquels doivent travailler sous peu les directeurs de la compagnie Canada Iron, rue St-Maurice.
Aujourd’hui on nous annonce pour un avenir très prochain la construction d’une autre grande manufacture de pulpe qui serait érigée cette fois par la St-Maurice Lumber Co. sur son terrain longeant le bord de la rivière St-Maurice et le long des immenses terrains que possède la St-Maurice Lumber Co. à cet endroit. Nous n’avons pu contrôler d’une façon indiscutable cette nouvelle, mais il ne doit pas être impossible qu’il y ait du vrai dans cette rumeur. »

Référence
«Agrandissements et améliorations», Le Nouveau Trois-Rivières (27 octobre 1911): 8, col. 3.
8 No d'identification : 15426 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Sur les bords de la rivière Batiscan, non loin de l’embouchure, s’élevèrent, en 1898, deux importantes scieries; l’une, au nord de la voie ferrée du Canadien Pacifique, appartenait à la Cie Price Bros, et préparait de [sic] bois de sciage pour le commerce local et l’exportation.

L’autre, au sud, était la propriété de la St-Maurice Lumber Co. On y préparait le bois de pulpe. Ces deux moulins fournissaient de l’ouvrage à une partie notable de la population.

La crise économique qui sévit depuis trois ans surtout, a contraint ces compagnies à discontinuer leur commerce. La “Canadian International Pulp & Paper Co.”, et la “Consolidated Paper Co.”, sont aujourd’hui les propriétaires de ces établissements. »

Référence
Pierre et Hervé Trudel Bellemare, Batiscan (St-François-Xavier de), Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1933: 42.
9 No d'identification : 15473 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Pour la construction d’une usine de pâte de sulfite, la St-Maurice Lumber demande au conseil :
- Une exemption de taxe de 20 ans
- 3000 de taxe scolaire
- Taux spéciaux pour l’eau
- La fermeture d’une partie de la rue des Pins, Budden, St-Charles, Notre-Dame et des Commissaires.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 juin 1919.
10 No d'identification : 15474 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le greffier de la ville signale à la St-Maurice Lumber Co. qu’il n’apprécie guère que la compagnie emploie beaucoup d’étrangers.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 janvier 1925.
11 No d'identification : 15495 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Le 18 juillet 1879, le conseil vote une exemption de taxe de 10 ans à la St-Maurice Lumber, à condition que celle-ci reconstruise sa scierie avant le premier juin 1880. Ritchie adresse une lettre au conseil lui demandant de prolonger la période jusqu’au premier septembre 1880.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 18 juillet 1879.
12 No d'identification : 15535 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dans un rapport daté du 23 juillet 1894, le président des comités permanents suggère au conseil de refuser l’exemption de taxes de 10 ans demandée par la St-Maurice Lumber Co.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Procédés du conseil municipal de Trois-Rivières, 1 juillet 1894.
13 No d'identification : 15539 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Un incendie détruit les installations de la St-Maurice Lumber Co.

Référence
Le Trifluvien (17 septembre 1897).
14 No d'identification : 15549 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
St-Maurice Lumber Co. 17 500 000 pieds
J.H. Dansereau 10 709 680 pieds
Grès Falls Lumber Co. 9 500 000 pieds
Wayagamack Pulp & Paper 5 800 000 pieds
Burrell Lumber 3 477 000 pieds

Bois de pulpe
Grès Falls Lumber Co. 36 000 cordes
St-Maurice Lumber 25 000 cordes
Wayagamack 10 400 cordes.

Référence
«Production des scieries à Trois-Rivières», Le Nouveau Trois-Rivières (19 janvier 1912): 9, col. 5.
15 No d'identification : 15629 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Une autre entreprise de bois de construction [...] celle de Josephat Groleau & Fils, opère à St-Roch-de-Mékinac. Les deux entreprises Groleau (celles du fils et du père) exportent en Angleterre et aux États-Unis la majeure partie de ce bois de construction. Théodore Groleau, qui était cultivateur à St-Tite et qui avait conclu des contrats pour la coupe du bois, est venu s’établir à Ste-Thècle avec sa famille en 1898 afin de se rapprocher du champ de ses opérations. Ses premiers contrats importants, alors qu’il demeurait à St-Tite, avaient été ceux de la St-Maurice Lumber, moulin des Trois-Rivières, qui appartenait à Robert Grant. C’était avant l’ère de nos grandes manufactures de papiers, alors [que] toute l’industrie du nord de la Mauricie était intimement liée à l’immense commerce de bois de sciage et de bois de coup qui se faisait aux Trois-Rivières. Théodore Groleau a ainsi travaillé sous contrat pour Robert Grant jusqu’en 1910. En 1911 et 1912, il se rendit au Nouveau-Brunswick pour exécuter des contrats du même genre. Les industries de cette province venaient, en effet, chercher dans la Mauricie des hommes honnêtes et d’expérience qu’il leur fallait pour organiser chez eux la difficile entreprise de l’abattage des arbres sur une grande échelle. »

Référence
Société historique industrielle, La Mauricie, futur Rurh du Canada, Montréal, La Société, 1956: 264.
16 No d'identification : 15630 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Les scieries de la St-Maurice Lumber Co. et celle de F. Farmer & Mills ont terminé leurs travaux la semaine dernière. »

Référence
Le Trifluvien (30 octobre 1900): 3, col. 3.
17 No d'identification : 19973 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Un ouvrier du nom de Jimmy Cadorette, à l’emploi de la “Saint-Maurice Lumber Co.” s’est fait fracturer une jambe par la chute d’une pierre, dans le haut du St-Maurice.

Il a été transporté en chemin de fer à Trois-Rivières, où il demeure. »

Référence
«Accident sérieux», Le Nouveau Trois-Rivières (14 mars 1913): 10, col. 3.
18 No d'identification : 20183 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Un journalier du nom de Benoît, domicilié rue St-Charles, s’est fait couper accidentellement deux doigts de la main droite, hier avant-midi, à la scierie de la St-Maurice Lumber Co. »

Référence
Le Trifluvien (11 juillet 1893): 3, col. 3.
19 No d'identification : 20188 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Un très pénible accident est arrivé samedi soir aux scieries de la St-Maurice Lumber Co. Un ouvrier du nom de Geo. Gaudette a reçu dans l’oeil un morceau de fer, qui a crevé cet organe. »

Référence
Le Trifluvien (22 juin 1897): 3, col. 3.
20 No d'identification : 20189 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Un jeune homme d’une vingtaine d’années, du nom d’Albani Desbiens, s’est fait couper trois doigts à la main droite, hier midi, aux scieries de la St-Maurice Lumber Co. Il s’est fait couper ses doigts par un « planeur ».

Référence
Le Trifluvien, 80 (19 août 1898): 3, col. 2.
21 No d'identification : 20191 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Vendredi, un jeune homme du nom de Donat Jacob était occupé à travailler aux scieries de la St-Maurice Lumber Co. lorsqu’un morceau de bois se dégageant brusquement d’une scie l’atteignit au bras et le lui fractura. La fracture a été remise par M. le Dr P. Normand. »

Référence
Le Trifluvien (28 août 1900): 4, col. 3.
22 No d'identification : 20193 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Accident.

M. Zoel Beaumier, employé par la compagnie “The St-Maurice Lumber Co.”, a failli trouver la mort lundi dernier. Pendant qu’il était occupé à déplacer du bois de pulpe dans la cour du moulin près d’un amas considérable de billots, il se produisit un débouli [sic], et il fut relevé par ses compagnons qui le ramassèrent blessé et ayant perdu connaissance. Conduit à l’hôpital où il reçut des soins, il était hors de danger aux dernières nouvelles. »

Référence
Le Nouveau Trois-Rivières (10 juin 1909): 6, col. 3.
23 No d'identification : 20210 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
« M. J.C. Malone sont à charger le steamer Dundonjuan au quai de St-Maurice Lumber Co. »

Référence
«Dans le port», Le Nouveau Trois-Rivières (30 septembre 1910): 6, col. 2.
24 No d'identification : 20258 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Accident mortel d’un nommé Larry de la St-Maurice Lumber Co. alors qu’il conduisait une scie.

Référence
Le Trifluvien (23 octobre 1900): 3, col. 4.
25 No d'identification : 20261 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Au moulin de la Compagnie St-Maurice Lumber, un fatal accident a eu lieu samedi avant-midi.
Une scie ronde en mouvement s’étant brisée tout à coup, la partie dentelée volant en éclats vint frapper à la figure un des ouvriers, M. J. Bourassa, qui eut le nez emporté pendant qu’un autre débris lui coupait la jambe à peu près complètement. »

Référence
«Accident fatal», Le Nouveau Trois-Rivières (27 octobre 1911): 1, col. 5.