Acteur (nom propre) : Soeurs Marie Réparatrice
1 No d'identification : 271 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre de la Révérende Soeur M. De Ste-Domitilla, Supérieure des Soeurs Marie Réparatrice, demandant l’usage gratuit de la salle de l’hôtel de ville pour une conférence au profit des retraites fermées, le 4 mai 1927.

Accordée.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 19 avril 1927.
2 No d'identification : 285 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Lettre des Religieuses de Marie Réparatrice demandant l’usage gratuit de la salle de l’hôtel de ville, le 21 janvier 1930, pour une conférence du juge Surveyer, à leur profit.

Accordée.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 18 novembre 1929.
3 No d'identification : 1670 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Requête des Religieuses Marie Réparatrice, demandant que soit installée une lumière sur la rue St-Charles près de leur couvent puisque cet endroit (très proche de la prison) est noir. Cette demande est surtout attribuée au fait que les cours, réunions etc, qui ont lieu au couvent sont surtout le soir et que les femmes ont peur de s’y rendre.

Accordée.

Référence
Archives municipales de Trois-Rivières. Conseil municipal, Registre des comités permanents de Trois-Rivières, 9 octobre 1925.
4 No d'identification : 12099 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Rôles des Soeurs Marie-Réparatrice:
- retraites fermées
- adoration du Saint Sacrement
- conférences mensuelles
- catéchisme aux fillettes
- pensionnat pour dames.

Référence
Le Nouvelliste (12 décembre 1953).
5 No d'identification : 12100 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
1921: Les soeurs Marie Réparatrice s’installent dans la maison du Sénateur Montplaisir rue St-Charles.

1922: Agrandissement de la maison.

1953: Déménagement dans la nouvelle bâtisse de la rue Laviolette.

Référence
Le Nouvelliste (12 décembre 1953).
6 No d'identification : 12102 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« À l’été 1921, l’arrivée des Soeurs de Marie Réparatrice dans le diocèse donnait naissance à des initiatives de ce genre. Les bonnes religieuses ayant obtenu la maison du sénateur Montplaisir, à l’angle des rues St-Charles et Laviolette, organisaient la ligue catholique féminine, ouvraient une bibliothèque publique, prenaient l’organisation des retraites fermées féminines et donnaient des cours de perfectionnement aux jeunes filles. »

Référence
Hervé et Rodolphe Duguay Biron, Grandeurs et misères de l’Église trifluvienne (1615-1947), Trois-Rivières, Éditions Trifluviennes, 1947: 224.
7 No d'identification : 12108 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Soeurs Marie Réparatrice:

1921: Elles s’installent au 865 rue Hart (résidence du sénateur Hypolite Montplaisir).

1952: Elles quittent la rue pour une nouvelle construction sur le second coteau.

Référence
Séminaire de Trois-Rivières. 1 janvier 1921.
8 No d'identification : 12247 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
Dès 1914, Monseigneur Cloutier organise des retraites fermées:
Les Oblats du Cap pour les hommes, les Soeurs du Précieux-Sang et plus tard les S.S. de la Marie Réparatrice pour les femmes.

Référence
Hervé et Rodolphe Duguay Biron, Grandeurs et misères de l’Église trifluvienne (1615-1947), Trois-Rivières, Éditions Trifluviennes, 1947: 222.