Acteur (nom propre) : Stoddard et Cie
1 No d'identification : 2390 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il donne des indications techniques sur son travail et renvoie souvent à son journal d’exploration. Après avoir décrit le terrain et le sol, il recommande la région pour la colonisation. Et termine en faisant des observations sur les indiens « Têtes de Boules » et sur les efforts d’exploration de Stoddard et Cie.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 496-500.
2 No d'identification : 19740 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Je crois devoir faire mention des travaux que M. Stoddard et Cie ont fait dans le cours de l’hiver dernier. Tout en travaillant dans leur propre intérêt, ils ont ouvert un chemin de communication de 45 et un demi milles de longueur qui plus tard pourra être très utile pour la colonisation, car ils se proposent de faire ce chemin, dès cet été, pour pouvoir s’en servir en toutes saisons. En effet ce chemin relie la rivière Mattawin à la Manouan, à l’endroit appelé Métabeskegaziebi, tel qu’indiqué sur mon plan, et sur ce parcours, le terrain est généralement uni et sablonneux, et le bois, tels que merisier, épinette blanche et rouge, bouleau, etc. sont d’une plus belle pousse. Il pourrait s’y former des cantons offrant plus d’avantages que les établissements qui ont été formés à St-Émilie de l’Énergie, St-Zénon, etc. que j’ai parcourus en montant à la Manouan, qui cependant paraissent en voie de progrès malgré les accidents de terrain. MM. Stoddard et Cie paraissent vouloir sérieusement faire de grands travaux sur la Manouan, car dès le mois de janvier dernier, ils avaient déjà une quarantaine d’hommes employés à construire des bâtisses sur la rivière Métabeskegaziebi pour servir de logements pour les travailleurs et contenir des approvisionnements qui, déjà, étaient assez considérables, car il y avait alors 200 barils de fleurs et 150 barils de lard de rendus sur les lieux. Ils sont maintenant en voie d’y construire un vapeur pour faire le service des bois sur le grand lac Wabaskoutyunk.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 499.
3 No d'identification : 22864 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
La rivière Manouan, de la ligne de temple au lac Kent (le territoire couvert commence à la décharge du lac Wabaskoutyunk).

M. Stoddard et Cie ont ouvert un chemin de 45 1/2 milles de la Mattawin à la Manouan.

En janvier 1873, Stoddard a une quarantaine d’hommes employés à construire des bâtisses sur la rivière Metabeckegziebi pour servir de logement.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 499.