Acteur (nom propre) : Syndicat des charpentiers
1 No d'identification : 10979 Fonds : Trois-Rivières
  Information documentaire
« Le syndicat des menuisiers et charpentiers vient de remporter, sans grève ni bris de vitre, un éclatant succès. À partir du 1er mai, au consentement unanime des patrons, l’échelle des salaires est fixée comme voici: trente-cinq (35) centins de l’heure sont alloués aux ouvriers du dehors et trente centins (30) à ceux qui travaillent à l’intérieur. Il faut admettre qu’un relèvement de salaire s’imposait. On avait péremptoirement démontré devant le conseil de la C.O.C. que vu le prix actuel de la vie et avec le salaire d’hier, le menuisier le plus économe ne pouvait plus “attacher les deux bouts”. Les patrons avaient été prévenus régulièrement voici deux mois. Ils n’ont donc pas à se plaindre d’avoir été absolument pris à la gorge. Les ouvriers conviennent tout de même que l’exécution des vieux contrats devient nécessairement plus difficile. Aussi ont-ils fait eux-mêmes des démarches à l’effet d’obtenir une compensation en faveur de leurs patrons. Voilà qui démontre quel bon coeur ils ont. Les principaux intéressés, le conseil municipal surtout, vont ce soir même, selon toute probabilité, reconnaître la légitimité de cette demande et y faire droit. »

Référence
«Chez les menuisiers et charpentiers», Le Bien Public (3 mai 1917): 1, col. 4.