Thème : Histoire et géographie
Index thématique -> Histoire et géographie
18 No d'identification : 4722 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
On ne s’entend pas sur le nom à donner à la cité, on devrait pouvoir adapter un nom et la garder. Non!

Référence
«Trois-Rivières ou les Trois-Rivières», Le Bien Public (15 mai 1919): 8, col. 2.

19 No d'identification : 4723 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
L’auteur accorde beaucoup d’importance à l’origine des noms de lieux tels que Shawinigan et Grand-Mère qu’il décrit avec rigueur et méticulosité. Ces explications l’incitent à nous parler des peuples du Haut Saint-Maurice aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Référence
Benjamin Sulte, Mélanges historiques : études éparses et inédites, Montréal, G. Ducharme, 1918: 42-57.

20 No d'identification : 4724 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
On retrace les origines du mot Batiscan chez les Indiens. On raconte les premières tentatives d’évangélisation des sauvages de Batiscan à partir de 1601 jusqu’à 1670.

Référence
Édouard-Zotique Massicotte, Ste-Geneviève-de-Batiscan, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1936: 6-10.

21 No d'identification : 4725 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« L’Île aux Morpions. Ce n’est pas un nom poétique celui-là! Mais pourquoi, direz-vous, avoir donné un nom aussi malsonnant? C’est facile à comprendre, comme vous allez voir. Les pauvres “voyageurs” qui avaient passé un hiver dans les grands bois, avec des gens venus de toutes parts, à coucher dans des lits de camp aussi mal tenus que possible, amassaient quoiqu’ils fissent, bien des petits animaux malfaisants. Quand ils descendaient de leurs chantiers lointains, au moment d’entrer dans le monde civilisé, ils trouvaient à propos de se débarrasser de leurs parasites incommodes. Une petite île s’offrait à eux, facile à aborder, couverte d’un joli bouquet d’arbres : c’était vraiment le temps de tourner la chemise à l’envers. Et cela se fit tant de fois que l’île a pris le nom des mauvaises petites bêtes dont elle a reçu les cadavres. »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 14.

22 No d'identification : 4733 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
(Elle se situe entre le rapide des Hêtres et Shawinigan) « [...] comme j’aperçois, sur notre droite, une pointe de terre bien plane, bien boisée d’ormes, de frênes et d’érables, je demande à mon guide comment on appelle ce superbe endroit; il me répond : “C’est la pointe à Bernard, mais pour moi, ajoute-t-il, je l’appellerais plus volontiers la pointe de la tempête. Voici pourquoi : il y a plusieurs années, nous travaillions dans ces endroits-ci au flottage du bois, et nous étions fort incommodés par les mouches et par la chaleur. Un de nos compagnons, après avoir sacré comme un homme en délire, et maudit tout ce qu’il y a de plus saint, se mit enfin à invoquer le diable pour qu’il fît souffler le vent. Selon une pratique suivie par nos blasphémateurs les plus avancés, il offrit un sacrifice au démon, et jeta pour cela son sac à tabac puis son couteau de poche dans les flots, alors il nous annonça avec assurance que le vent allait souffler.
Cependant le jour commençait à baisser, nous abordâmes à cette pointe et nous dressâmes nos tentes pour y passer la nuit. Vers 11 heures, il s’éleva une tempête, la plus effroyable que j’aie jamais vue de ma vie. Nos tentes furent déchirées, et trempées jusqu’aux os, et nous n’avions pas clos l’oeil depuis onze heures. J’ai gardé le souvenir de cette nuit terrible, et voilà pourquoi je voudrais appeler ce lieu la pointe à la tempête.” »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 204-205.

23 No d'identification : 2366 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Réponse à une adresse de l’Assemblée législative en date du 23 juillet 1850, demandant une copie du rapport ou des rapports sur le relevé da la rivière St-Maurice, fait conformément à l’adresse de la Chambre d’assemblée du 23 juin 1847, ainsi que de tous les plans de cartes et instructions y [étant] relatives. »

Référence
«Rapport de John Brignell», Journaux de l’Assemblée législative du Canada, App. W.W. (1850).

24 No d'identification : 2367 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Réponse de l’Assemblée législative à Son Excellence le gouverneur général datée du 12 juin 1851, relative au relevé de la rivière St-Maurice, par H. Legendre, arpenteur juré, et John Brignell arpenteur provincial.

Référence
Hilarion et John Bignell Legendre, Réponse à une adresse de l’Assemblée législative à Son Excellence le Gouverneur-Général, datée du 12 juin 1851, relative au relevé de la rivière St-Maurice, Québec, Impr. Louis Perrault, 1851.

25 No d'identification : 2368 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il recommande le terrain à la colonisation

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 272.

26 No d'identification : 2369 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Nous sommes heureux de voir que dans ce document ont fait signer dans notre ville, une requête aux trois brances [sic] de la législature, demandant une exploration géologique de la rivière St-Maurice et du territoire y adjoignant.

Les citoyens qui ont à coeur le développement des Trois-Rivières doivent s’empresser de signer cette requête. Et le gouvernement à son tour, voudra bien nous prouver la sincérité de son commencement d’exploration à l’automne dernier, en ordonnant la continuation le plus tôt possible. D’après tous les rapports favorables que nous avons par des voyageurs de la rivière et du territoire, jamais le gouvernement ne pourrait mettre à meilleur profit les deniers publics. »

Référence
L’Ère Nouvelle (10 mars 1856): 2, col. 4.

27 No d'identification : 2370 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du terrain, des cours d’eau, du bois (« plus propre pour faire du billot que du bois équarri »). Il affirme que, contrairement à la croyance, il n’existe aucune vallée (espace susceptibe de servir à l’agriculture) entre le St-Maurice et le Lac St-Jean. Et il arrive à conclure que la réponse est que cet espace est impropre à la colonisation.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 507-508.

28 No d'identification : 2371 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du canton Polette et Turcotte, et mentionne des succès de la ferme Boplist. Il remarque que les nombreux chemins de chantiers déjà ouverts vont particulièrement à la colonisation. Il suggère les endroits qu’il juge les plus propices pour l’établissement des rangs et il recommande pour le développement de la région (forêt et colonisation) l’ouverture d’un chemin de colonisation de Trois-Rivières à Rivières aux Rats.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 93-96.

29 No d'identification : 2372 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il distingue les endroits propres à la culture et ceux propres à l’exploitation du bois.

Il fait la description de la forêt.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 349-350.

30 No d'identification : 2373 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Description des sols (« il est très varié »)

Situation de l’endroit propice à la colonisation (grande vallée au sud-est du lac Kaïalnawa)

Dorval énumère les différentes espèces de bois

Et dit qu’il a « remarqué plusieurs pouvoirs d’eau ».

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 41.

31 No d'identification : 2374 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
C. Laurier décrit le terrain (configuration), remarque plusieurs lacs poissonneux et fait la mention suivante : « [...] il est impossible de juger de la nature ou de la qualité du sol, à raison de la crue du bois [...]. »

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 42.

32 No d'identification : 2375 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il décrit le terrain et situe les endroits propices à la culture.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 271.

33 No d'identification : 2376 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du terrain et du sol

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 272-273.

34 No d'identification : 2377 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il décrit les rivières Propre et Tawachiche comme étant bonnes pour le transport du bois et situe les pouvoirs d’eau de la Batiscan.

Il recommande l’ensemble du canton comme propre à la culture.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 345-346.

35 No d'identification : 2378 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Après avoir décrit le terrain et le sol, et fait remarquer que le bois a été ravagé par l’incendie, ils concluent que la région est « ... à notre avis impropre à la colonisation ». Et il ajoute qu’il semblerait y avoir des terres fertiles vers le lac St-Jean, près de l’endroit où ils ont arrêté leurs travaux. Et recommandent d’expédier de la nourriture durant l’hiver pour que les explorations coûtent moins cher.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 492-495.

36 No d'identification : 2379 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il décrit le terrain, le sol, et le bois, fait des remarques sur les chemins de colonisation présents et à venir et il arrive à la conclusion que plus de la moitié du territoire est propre à la colonisation et qu’il est aussi bon pour l’exploitation forestière.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 505-506.

37 No d'identification : 2380 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du terrain et de la forêt, et mentionne qu’il existe de nombreux pouvoirs d’eau.

Il recommande le canton pour l’exploitation du bois et la colonisation.

Dans une note, du 28 novembre 1881, il décrit les rangs 7 et 8, et dans celles du 31 mai 1881, le 3 rang.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 269-271.

38 No d'identification : 2381 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
MM. L.O.A. Arcand et E.B. Temple, arpenteurs, chargés par le Département des terres de la couronne de l’exploitation de la rivière Manouan et du Lièvre sont partis hier, pour six mois.

Référence
Le Constitutionnel, 110 (4 mars 1870): 2, col. 4.

39 No d'identification : 2382 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il divise le territoire en 6 sections et décrit chaque section (terrain, sol, forêt et lac). Il décrit ensuite la partie qu’il nomme « la route des canots, et l’est de la rivière Batiscan ». Il déclare le territoire, dans son ensemble, bon à la colonisation et souligne la nécessité de l’ouverture et le maintien de nouveaux chemins.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 96-99.

40 No d'identification : 2383 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il situe le canton et décrit le terrain (« fortement accidenté »), le sol et le bois.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 492.

41 No d'identification : 2384 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Tout en décrivant les difficultés qu’il rencontre dans son travail, Temple décrit le terrain, le sol et le bois. Il fait aussi des observations sur les lacs et sur les exploitations agricoles déjà en opération dans la région.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 490-492.

42 No d'identification : 2385 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il situe d’abord le canton, puis les endroits bons pour la culture et mentionne les endroits où le feu a fait des ravages. Le tout en décrivant le terrain et les sols.

Il fait des remarques sur le chemin déjà construit et indique où devraient être construits les autres.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 346-349.