Thème : Histoire et géographie
Index thématique -> Histoire et géographie
75 No d'identification : 2419 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du terrain, du sol, des « dépôts métalliques », du bois, du gibier et du poisson de la région.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 500-501.

76 No d'identification : 2420 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il décrit le terrain, le sol et la forêt et mentionne que le feu ayant dévasté la majeure partie du canton, qu’il en sera plus facile pour les colons de s’installer.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 271-272.

77 No d'identification : 2421 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Description de la végétation et Laporte remarque que le terrain est trop bas pour être drainé.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 42.

78 No d'identification : 2422 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Dans son rapport, Barnard donne l’élévation du terrain, les pouvoirs d’eau, le bois, le sol (qui est bon pour la culture) et fait des remarques sur le début du peuplement de la région.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 502-504.

79 No d'identification : 2423 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
F. Page donne une description sommaire du terrain et du sol de la région.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 507.

80 No d'identification : 2424 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description (terrain, sol, bois) de la rivière Matawin et ses tributaires et arrive à la conclusion : « en général, ce pays m’a paru propre à la colonisation. »

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 518-519.

81 No d'identification : 2425 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il décrit le terrain, les poissons (sortes qu’on retrouve dans la région), le bois, (il remarque qu’il a subi l’incendie en plusieurs endroits) et le sol et conclut : « En somme, je crois qu’il y a, sur les bords de la rivière à la Chienne, une étendue suffisante de bonnes terres pour y asseoir une paroisse prospère. »

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 504-505.

82 No d'identification : 2426 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« Le gouvernement fédéral a donné instruction à Mr Thos. Berlinquet de cette ville, ingénieur civil, d’aller inspecter le rapide Manigance, sur le haut St-Maurice. Le gouvernement fédéral a l’intention de rendre ce rapide plus facile à franchir afin d’aider la navigation du haut St-Maurice.

Les Messieurs Roberts et Dufresne, propriétaires du nouveau bateau à vapeur n’attendent que l’exécution de ces travaux pour faire tenir une ligne régulière entre les Grandes Piles et La Tuque. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (19 octobre 1888): 2, col. 4.

83 No d'identification : 2427 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il affirme que malgré le terrain pierreux, les trois premiers rangs du canton sont bons pour la culture.

Les alentours du lac à l’Eau-Claire sont « presque partout impropres à la culture ».

Il recommande au gouvernement de surveiller plus attentivement l’exploitation forestière pour éviter une exploitation trop poussée, comme celle du Dien [sic].

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 391-392.

84 No d'identification : 2428 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Compte-rendu d’une excursion sur le St-Maurice.

Auteur : E. Liane

Référence
«Dans le St-Maurice, une diversion I», Le Trifluvien (2 octobre 1894): 3, col. 1-2.

85 No d'identification : 2429 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Suite du compte-rendu d’une excursion sur le St-Maurice

Auteur : E. Liane

Référence
«Dans le St-Maurice, une diversion II», Le Trifluvien (5 octobre 1894): 3, col. 1.

86 No d'identification : 2430 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Suite du compte-rendu d’une excursion sur le St-Maurice.

Description des travaux de dragage.

E. Liane

Référence
«Dans le St-Maurice, une diversion IV», Le Trifluvien (12 octobre 1894): 3, col. 2-3.

87 No d'identification : 2431 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Suite du compte-rendu d’une excursion sur le St-Maurice

Auteur : E. Liane

Référence
«Dans le St-Maurice, une diversion V», Le Trifluvien (23 octobre 1894): 3, col. 1-2.

88 No d'identification : 2432 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Suite du compte-rendu d’une excursion sur le St-Maurice et ses affluents

Référence
«Dans le St-Maurice, une diversion VI», Le Trifluvien (26 octobre 1894): 3, col. 2-3.

89 No d'identification : 2433 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Une expédition en canot sur les routes d’eau de la Mauricie nous est racontée. Précisions sur le bagage à transporter nous sont fournies, la description du canot et enfin le trajet parcouru en 10 jours.

Référence
«200 milles sur les routes d’eau de la Mauricie», Le Mauricien (1 juillet 1938): 20 et 36.

90 No d'identification : 2434 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Récit du voyage sur la rive sud du St-Laurent

Référence
L’Ère Nouvelle (28 juillet 1862).

91 No d'identification : 2435 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Excursion dans la région colonisée de la Mattawin

Référence
Le Constitutionnel (1 octobre 1869): 2, col. 5-6.

92 No d'identification : 2436 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Notes sur un voyage en Haute-Mauricie

Référence
Le Constitutionnel (31 août 1871): 2, col. 3-4.

93 No d'identification : 2437 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Quelques notes de deux voyageurs partis en canot du Lac St-Jean pour Trois-Rivières en passant par La Tuque.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (16 juillet 1874): 3, col. 1.

94 No d'identification : 2438 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Récit de voyage du Chanoine N. Caron, compagnon de Mgr Laflèche en tournée dans le Haut St-Maurice pour sa visite pastorale.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 septembre 1887): 2, col. 2-4.

95 No d'identification : 2439 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
M.N. Caron, prêtre, raconte une excursion à la chute de Shawinigan (description de la chute)

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (3 novembre 1887): 2, col. 2-5.

96 No d'identification : 2440 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
« À partir de La Tuque jusqu’aux Grandes Piles, trente milles de Trois-Rivières, le St-Maurice est navigable pour les bateaux à vapeur pour 70 milles que parcourt déjà le petit vapeur « St-Louis » propriété du Rvd M. Milot, curé de la Grand’Anse. Des Piles aux Trois-Rivières, on a le chemin de fer du Pacifique. »

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (5 décembre 1889): 2.

97 No d'identification : 2441 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
L’auteur donne une description de la Rivière-du-Loup en s’appuyant sur les écrits du naturaliste suédois Peter Kalm.

Référence
Benjamin Sulte, Mélanges historiques : études éparses et inédites, Montréal, G. Ducharme, 1918: 52-55.

98 No d'identification : 20306 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Intégral :
St-Tite : « [...] La paroisse de St-Tite avait été plantée comme un avant-poste vers le mystérieux royaume du nord mauricien. En même temps que les missionnaires trifluviens montaient vers les villages indiens des têtes de boules, des pionniers, aventuriers, bûcherons ou trappeurs s’avançaient vers des terres éloignées de toute civilisation, dans le but d’y chercher leur profit où tout simplement la paix. »

Référence
Le Nouvelliste (9 décembre 1950): 5, col. 4.

99 No d'identification : 20722 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
La légende du Mont-l’Oiseau.

« Décidément, les premiers voyageurs avaient de l’imagination. La montagne qui s’élève devant nous et qui semble fermer le St-Maurice, ils l’ont appelée Mont-l’Oiseau et prétendent qu’elle a la forme d’un oiseau. Alors c’est un oiseau qui n’existe plus, ou bien les ravages du feu sur la crête de la montagne l’ont bien défigurée. N’importe, c’est un des pics les plus élevés du St-Maurice. Il a du reste de la réputation dans les annales de la fantasmagorie.

La plupart des voyageurs vous assurent qu’il est impossible de camper au pied de cette montagne. La nuit, disent-ils, on entend des bruits de chaînes et des craquements d’os froissés l’un contre l’autre, comme si des squelettes se battaient entre eux. Des hommes qui ont essayé de camper là m’ont assuré qu’ils avaient entendu tous ces bruits-là et n’avaient pu fermer l’oeil de la nuit. Mais d’où vient cela, dis-je à l’un d’eux? Quelle explication donne-t-on? Pourquoi les esprits frappeurs ou les revenants hantent-ils cette place plutôt qu’une autre, le Mont-l’Oiseau plutôt que le Mont-Caribou? Une tradition assez vague rapporte que plusieurs hommes auraient été assassinés à cet endroit, et alors, ajoutent-ils, vous savez qu’on ne peut jamais dormir bien tranquille sur le lieu de sépulture d’un homme assassiné. »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 38-39.