Toponyme : Rivière-aux-Rats
Index toponymique -> Rivière-aux-Rats
1 No d'identification : 2371 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Il fait la description du canton Polette et Turcotte, et mentionne des succès de la ferme Boplist. Il remarque que les nombreux chemins de chantiers déjà ouverts vont particulièrement à la colonisation. Il suggère les endroits qu’il juge les plus propices pour l’établissement des rangs et il recommande pour le développement de la région (forêt et colonisation) l’ouverture d’un chemin de colonisation de Trois-Rivières à Rivières aux Rats.

Référence
Département des terres de la Couronne et Commission géologique du Canada, Description des cantons arpentés et des territoires explorés de la province de Québec: extraits des rapports officiels d’arpentages qui se trouvent au département des terres ainsi que de ceux de la commission géologique du Canada et autres sources officielles, Québec, Imprimeur de la Reine, 1889, 18 août: 93-96.
2 No d'identification : 5433 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Construction de la chapelle de Rivière-aux-Rats.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 septembre 1868): 2.
3 No d'identification : 8111 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
6- Une splendide ferme connue sous le nom de Elm Grove, située sur rivière St-Maurice à 12 milles de Rivière-aux-Rats, 475 âcres dont 100 en culture, maison, grange, étable, laiterie, puits, etc.

7- Terre à foin et lot de terre situé dans township Turcotte, vis-à-vis la ferme Elm. Grove, 670 âcres.

8- Propriété boisée à Ste-Thècle, comté de Champlain, 500 âcres de terre à 12 milles du chemin de fer des Piles et du chemin de fer projeté du lac St-Jean, la ligne passant sur cette propriété.

9- Lac à la Penture, bien connu des touristes, situé sur la propriété ci-dessus et vendu séparément avec la partie de terre suffisante pour bâtir.

Jas B.
Luc Kerrofe
22 rue des Forges, Trois-Rivières.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 septembre 1884): 4, col. 4.
4 No d'identification : 9361 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Voir : Lettre de Rivière-aux-Rats, 8 février 1870 ; les chiffres donnés sur la culture du blé, de l’avoine, de l’orge, de la patate, etc.

Référence
Le Constitutionnel, 101 (11 février 1870): 2, col. 5-6.
5 No d'identification : 3249 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Résumé :
Il s’agit d’une lettre signée F.X. Normandin rapportant des nouvelles du poste de la rivière aux Rats.
On y parle de M. Little, explorateur forestier, qui a fait construire un chemin de 21 milles reliant le poste au lac Ciconsine.
On y fait une demande d’amélioration des moyens de communication afin de favoriser le développement.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (15 février 1886): 2, col. 3-4.
6 No d'identification : 16086 Fonds : Société régionale
  Information documentaire
Propriétaires des limites Milles carrés Localités
David Burnett 150 La Croche
Pemberton & Frères 300 Bostonnais et Flamand
Campbell Moody 640 Croche, La Trenche
George Baptist 705 Rivière-aux-rats, Mattawin
Gilmour & Cie 1 360 Mattawin et Vermillon
George B. Hall 1 900 Mattawin, La Trenche
Antoine St-Cyr 70 Batiscan
Joseph-O. Méthot 98 Township Gosford
William Price & Cie 430 Batiscan
William Price & Cie 860 Saguenay

Référence
Pierre Dupin, Anciens chantiers du St-Maurice, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1953: 28.
7 No d'identification : 19989 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Suicide. Rivière-aux-Rats.

Référence
Le Trifluvien (14 février 1893).
8 No d'identification : 20023 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Accident lors de la descente des billots à la Pointe à la Scie (tributaire du St-Maurice). Rivière aux Rats.

Référence
Le Constitutionnel (9 mai 1873): 2, col. 3.
9 No d'identification : 20439 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Trois-Rivières vers 1880. Les engagements pour les chantiers. Maigres salaires. Montée tumultueuse: ribotes et rixes. Les pilules au docteur Thérien. Aux Piles. Mékinac. Mattawin. Les frasques de Dondaine. Théodore Olscamp. A la Rivière-aux-Rats.

Référence
Pierre Dupin, Anciens chantiers du St-Maurice, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1953: 11-31.
10 No d'identification : 20538 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Vers 1900.

Les bateaux de Crête ont transporté des hommes à la centaine à l’embouchure de la Mattawin, de la Rivière-aux-Rats et à La Tuque. Cependant les opérations forestières d’été n’exigeaient qu’un petit nombre d’hommes, à comparer aux grandes équipes de la saison d’hiver.

On montait alors vers le nord sur la glace du St-Maurice. À côté des chevaux qui tiraient des « bagagnoles », traîneaux plats et très bas chargés de marchandises plus lourdes, les hommes marchaient à pied, havresac au dos...

La caravane de neige s’arrêtait à Joseph Roch puis à Mattawin, puis à Rivière-aux-Rats et elle dépassait même assez souvent La Tuque. Ces excursions avaient lieu au plus froid de l’hiver... tempête.



Référence
Le Nouvelliste (9 décembre 1950).
11 No d'identification : 20576 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Nous arrivons à la Rivière-aux-Rats vers six heures du soir. Il y a ici une jolie chapelle élevée par les soins de M. l’abbé Moïse Proulx, en 1869, au moyen de contributions recueillies dans les chantiers et d’un peu d’argent reçu de la Propagation de la Foi. »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 49.
12 No d'identification : 21270 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Auteur: E. Gérin.

« Ces grandes fermes que possèdent nos marchands de bois à la Rivière-aux-Rats et en d’autres endroits du St-Maurice leur sont d’un immense avantage. Elles leur fournissent à peu près tout le foin dont ils ont besoin. Ainsi M. Baptist n’achète plus de foin pour ses chantiers; il en a suffisamment sur ses fermes. M. Hall n’en achète presque pas non plus. »

On mentionne aussi que M. Stoddard possède une ferme à Grande Pêche mais sans plus de détails.

Référence
Elzéar Gérin-Lajoie, «Le Saint-Maurice: notes de voyage», Revue canadienne, 9 (1872): 47.
13 No d'identification : 21286 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Incendie de deux granges appartenant à George Baptist de la Rivière-aux-Rats. Le feu aurait été allumé par Adolphe Cossette qui avait été congédié quelque temps auparavant.

Référence
Le Journal des Trois-Rivières (4 novembre 1880): 2, col. 3.
14 No d'identification : 21460 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
En montant de la Grande-Anse à la Rivière-aux-Rats on passe devant la petite rivière Batiscan sur les bords de laquelle se trouvent également de bonnes terres. La mission de la Rivière-aux-Rats renferme environ une vingtaine de familles, dont le tiers à peu près se livre à la culture. L’accumulation du sable à son embouchure la rend innaviguable même pour des canots. La Rivière-aux-Rats débouche sur la rive ouest du St-Maurice, en face de la mission, qui est établie [à l’] est. A quelques arpents seulement de son embouchure débouche la rivière Weissonneau; ces deux affluents du St-Maurice traversent de larges terrains d’alluvions, au milieu desquels s’élève la magnifique ferme de M. John Baptist. Cette ferme est l’une des plus renommées et des plus belles de tout le pays. Ses nombreux bâtiments, entretenus avec un soin extrême, lui donnent l’apparence d’un petit village. M. Alexander Adams, qui en a l’administration, tient sous ses ordres une quinzaine d’hommes attachés aux travaux de la ferme, dont il retire un rendement énorme d’avoine, et jusqu’à 35 000 bottes de foin, produits qui sont consommés dans les importants chantiers pour la coupe du bois.

La mission de la Rivière-aux-Rats est considérée comme le poste le plus important du Haut St-Maurice. On y trouve, dans un cadre restreint, la physionomie des anciennes campagnes canadiennes. Les colons qui y demeurent s’occupent, pendant l’hiver, de faire la chasse et d’exploiter le bois. L’été, environ le tiers d’entre eux s’adonne à la culture. On trouve d’aussi belles moissons sur les bords de la Rivière-aux-Rats que sur les terres qui bordent le St-Laurent. Il en est de même des bords de la Wessonneau. Jusqu’à une grande distance le long de ces deux rivières il y a place pour une nombreuse population agricole.

Il devrait s’y former en peu de temps une paroisse considérable, mais l’absence de communication a été le plus grand obstacle au développement normal et facile de la colonisation.

Référence
Arthur Buies, Le chemin de fer du Lac St-Jean, Québec, Léger Brousseau, 1895: 110.
15 No d'identification : 21464 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Nous arrivons à La Tuque. Ce n’était pas la ville d’aujourd’hui. Deux familles y résidaient. Il y avait aussi un dépôt de pièces de bois appartenant à une compagnie forestière. Je me souviens que l’une de ces familles répondait au nom de Bourassa. Mes deux guides me laissent ici et s’en retournent à Weymontachingue puisque, en ce qui me concerne, je prends le bateau plat qui descend jusqu’aux Piles. Un compagnon de collège, Adélard Millot, prêtre de Yamachiche, possédait et pilotait ce bateau [...]. Le bateau s’arrête pour la nuit à la Rivière-aux-Rats. Il accoste à proximité du dépôt d’un gros marchand de bois [...]. Notre descente du St-Maurice se poursuit jusqu’à St-Roch-de-Mékinac qui était alors la paroisse la plus éloignée sur la rivière.

Référence
Joseph-Étienne Guinard et Serge Bouchard, Mémoire d’un simple missionnaire: le père Joseph-Étienne Guinard, Québec, Ministère des affaires culturelles, 1980: 130.
16 No d'identification : 21479 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Comté: Champlain
Canton: Rivière-aux-Rats
Quantité de plants: 2 220 000

Référence
«Plantation dans les réserves cantonales et certains régions», Documents de la Session (D.S.), 67, 40, app. 8 du Rapport du Ministre des Terres et Forêts session 1934 (1934): 55.
17 No d'identification : 22302 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
En 1831, Petter Patterson de Québec obtient un droit de coupe de 10 000 pins blancs dans le St-Maurice. En 1836, John Thomson obtient un droit de coupe de 3 ans aux sources du St-Maurice. En 1839, Edmond Greive ouvre un chantier à Rivière-aux-Rats. En 1840, Baptist construit un moulin à scie à la Rivière Cachée qu’il déménage à St-Étienne-des-Grès en 1852.

Référence
Roland St-Amand, La Géographie historique et l’exploitation forestière du bassin de la Batiscan, Mémoire de licence (géographie), Québec, Université Laval, 1966: 67-69.
18 No d'identification : 22305 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
À trois milles au nord de la Rivière-aux-Rats, sur le St-Maurice, il y a 5 000 billots sur la rive gauche coupés par William Stranach.

Au 10e mille, sur une île peu boisée, il y a du « gros foin » qui est coupé par W. Stranach de la Rivière-aux-Rats.

Référence
Hilarion et John Bignell Legendre, Réponse à une adresse de l’Assemblée législative à Son Excellence le Gouverneur-Général, datée du 12 juin 1851, relative au relevé de la rivière St-Maurice, Québec, Impr. Louis Perrault, 1851.
19 No d'identification : 23059 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Auteur: Paul Dufresne.
Juillet-août 1944.

La rivière St-Maurice atteint à sa source environ 1 500 pieds au-dessus du niveau de la mer, ses principaux affluents sont les rivières Mékinac, les deux Bostonnais, la Croche, la Trenche, les deux Pierriche, la Windigo, la Wabano, la Shawinigan, la Mattawin, la Wessonneau, la Rivière-aux-Rats, la Vermillon, la Flamand, la Manouan, la Ruban, etc., qui varient en longueur de 20 à 100 milles.

Référence
Paul Dufresne, «La situation forestière dans le St-Maurice et possibilité de développement», La forêt québécoise, VIII, 1 (1 juillet 1944): 47.
20 No d'identification : 23004 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Route vers La Tuque.

« L’endroit le plus difficile à franchir est maintenant le rapide Croche, qui est à deux lieues de la Rivière-aux-Rats. Le fleuve s’engouffre ici entre les rochers et il suit une pente rapide, en décrivant une esse. »

Référence
Napoléon Caron, Deux voyages sur le St-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889: 54.
21 No d'identification : 22858 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Jusqu’au début du XXème siècle, nos chantiers du St-Maurice ont coupé des pins par millions, les ont “flottés” sur la rivière en direction des scieries, à Rivière-aux-Rats, à la Mattawin, aux Piles, aux Grès, aux Forges et jusqu’aux Trois-Rivières où l’époque des moulins à scie a marqué un véritable âge d’or. Trois scieries ont brillé d’un éclat particulier [...] celle de M. Alexander Baptist, à l’île de Potherie, celle de Bob Grant, au confluent du St-Laurent et du St-Maurice et le “moulin des Poches” de l’Union Bag à proximité du “pont de fer” du Pacifique Canadien. »

Référence
Le Nouvelliste (9 décembre 1950): 14, col. 1.
22 No d'identification : 22844 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Instructions à Hilarion Legendre, arpenteur, pour prolonger et former la ligne de séparation entre la seigneurie du Cap-de-la-Madeleine et le terrain de la Couronne, et pour faire un relevé de la rivière St-Maurice entre Les Piles et la Rivière aux Rats. L’arpenteur mentionne quelques endroits où il y a eu des chantiers le long du St-Maurice.

Référence
«Réponse à une adresse. demandant une copie du rapport. sur le relevé de la rivière St-Maurice.», Journaux de l’Assemblée législative du Canada (1950): 5-6.
23 No d'identification : 22660 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
« Depuis nombre d’années, les commerçants de bois ont pris, le long de ces deux rivières (Rivière-aux-Rats et Wessonneau), des quantités innombrables de billots de pin et Dieu sait quand ces deux riches vallées seront épuisées. »

Référence
Elzéar Gérin-Lajoie, Le St-Maurice: notes de Voyage, Trois-Rivières, s.n., 1871: 45.
24 No d'identification : 21282 Fonds : Exploitation forestière
  Information documentaire
Auteur: E. Gérin.

MM. Broster, Baptist et Gouin ont une ferme près de l’embouchure de la Rivière-aux-Rats et Wessonneau.

À la droite du St-Maurice près de l’embouchure de la Wessonneau et de la Rivière-aux-Rats, il y a la ferme de M. Broster, logée avec élégance, la ferme de M. Baptist, exploitée par M. Adams, [qu’on] peut trouver chez nos meilleurs cultivateurs des vieilles paroisses. Sur la rive gauche, en face de la Rivière-aux-Rats, il y a la belle ferme de M. Gouin, tenue avec un ordre parfait par M. Mercure.

Référence
Elzéar Gérin-Lajoie, «Le Saint-Maurice: notes de voyage», Revue canadienne, 9 (1872): 45.
Index toponymique -> Rivière-aux-Rats